Indignation à géométrie variable

Dans le précédent billet, j’ai évoqué l’exposition de photos sur les Champs-Elysées : « Merci ! Cent photos pour un centenaire ».

Un général, Bertrand de la Presle, s’est étranglé devant la phrase de présentation de l’expo : « 100 photos pour dire Merci à 10 millions d’êtres humains qui ont fait don de leurs vies lors de la plus grande boucherie de l’histoire« .

Le premier jour de la bataille de la Somme, Joe Sacco, détail de la fresque dans le couloir du métro Montparnasse

Le premier jour de la bataille de la Somme, Joe Sacco, détail de la fresque dans le couloir du métro Montparnasse

« Et voilà que l’introduction à cette exposition proposée aux visiteurs de tous âges, de tous milieux et de toutes origines, si nombreux à cette époque de l’année sur « la plus belle avenue du monde », celle qui a vu défiler nos soldats victorieux de 1918 puis de 1945, ne retenait de cette guerre que LA BOUCHERIE ! Nos soldats n’étaient pas morts pour la Patrie, dans l’Honneur, sur les Champs de Bataille, mais ils avaient été sacrifiés sur un étal de boucherie !!! Mais quel scandale, voire quelle indécence, de réduire les acteurs de cette Première Guerre Mondiale, si souvent admirablement héroïques, à des victimes du couteau d’un boucher…  » a écrit le général dans un courrier qu’il a abondamment fait circuler, selon le blog :  lignededeéfense.blogs.ouest-France.be.

On se demande bien quelle mouche a piqué ce général. 14-18 fut une boucherie, tout le monde en convient, et l’expo ne montre aucune photo d’horreurs, fidèle à cette tradition de montrer la guerre sans la guerre.

Comme indiqué dans mon billet, cette expo mérite, sinon une indignation du moins une interrogation car elle célèbre essentiellement les belligérants victorieux : sur cent photos, deux concernent les troupes défaites dont une de prisonniers allemands ! Comment, après cent ans, peut-on présenter la guerre comme une coupe du monde de football ? Peut-être le général n’y voit pas malice en se disant : « M’enfin, en 18, on a gagné quand même ! ».

Publicités