Perdus et déchirés

A Thiepval, l’installation de l’artiste Sud-africain Paul Emmanuel « The Lost men France» est dans un bien piètre état.

 

Les voiles de Paul Emanuel aujourd'hui déchirés, photo du 7 septembre

Les voiles de Paul Emanuel aujourd’hui déchirés, photo du 7 septembre

L'installation d'origine de Paul Emmanuel

L’installation d’origine de Paul Emmanuel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’artiste Sud-africain Paul Emmanuel s’est fait tatouer le corps du nom de soldats morts sur les champs de bataille de Picardie et du Nord. Le Monde en avait publié quelques photos, et en avait expliqué la fabrication. Paul Emmanuel fait tout d’abord un plâtre de son corps. Il incruste dans ce plâtre des noms en relief de victimes de la guerre de 14-18. Il se glisse dans le plâtre ainsi constitué et son corps est recouvert de sac de sable afin que les noms puissent s’incruster dans sa chair.

home

De ses photos, il en a fait une installation dans un champ face au mémorial de Thiepval. Les photos de son corps sont imprimées sur de la soie tendue sur un mat, et flottent au vent. Travail intéressant sur le deuil, la célébration, le souvenir.

 

Les forces de la nature n’en ont guère voulu, déchirant ces voiles dans une symbolique primaire pour un spectacle bien désolant.

 

 

L'installation à l'origine

L’installation à l’origine

L'installation aujourd'hui

L’installation aujourd’hui

Publicités