Larbi Cherkaoui : la danse contemporaine vient de la première guerre mondiale

Le traumatisme de guerre, et particulièrement celui de la première, fait l’objet d’une création présentée au théâtre royal de La Monnaie de Bruxelles. Shell Shock, a Requiem of War est un opéra sur une musique du compositeur belge Nicholas Lens et sur des textes de l’auteur et musicien australien Nick Cave.Au fil de douze poèmes sont évoqués les protagonistes anonymes de la guerre : soldats, mères, orphelins, prisonniers…Cet opéra est chorégraphié par Sidi Larbi Cherkaoui, un des chorégraphes et danseurs les plus appréciés aujourd’hui. Il énonce les liens entre la guerre 14-18 et la danse contemporaine dans La Libre Belgique (21 octobre 2014) :

Avant 1914, la guerre était faite par des soldats verticaux, debouts, se pavanant comme des paons dans de beaux costumes colorés. Mais le première guerre mondiale a apporté des développements technologiques décisifs : on tirait 20 balles à la minute et plus deux seulement. Les « paons » devenaient des cibles trop faciles et furent massacrés. Les soldats devaient devenir horizontaux, couchés, habillés de vert kaki, disparaissant comme des taupes dans des trous, des tranchées. Le parallèle est évident avec le passage de la danse classique, verticale en tutus et pointes, à la danse contemporaine plus animale, couchée, où on tombe, plus retournée à la terre. Avec la première guerre mondiale, on veut désormais survivre plus que se faire voir.

Le spectacle affiche complet. Mais Shell Shock est à voir intégralement sur internet à partir du vendredi 14 novembre (20h) jusqu’au jeudi 4 décembre 2014 : http://www.lamonnaie.be/fr/opera/421/Shell-Shock.

 

Sidi Larbi Cherkaoui

Sidi Larbi Cherkaoui

Publicités