L’hoplite qui devait glorifier la victoire de l’Allemagne

Hoplite ecaussines

Écaussinnes est une bourgade située dans le Hainaut, au Sud de Bruxelles. Au centre de la commune, dans le parc de La Marlière, une gigantesque statue de 22 tonnes représente un hoplite, le soldat-citoyen de la Grèce antique reconnaissable à son bouclier circulaire, son casque de bronze, et son épée.

Pas de rapport avec 14-18 diriez-vous, et pourtant ! Cette œuvre était destinée à être placée sur une des rives de l’Yser, pour symboliser la victoire allemande. Les autorités ont cherché un artiste-soldat qui était sur le front. Le caporal Fritz Rasselbert, professeur de sculpture à l’Académie des Beaux-Arts de Berlin, fut désigné et quitta les tranchées pour s’installer dans la carrière du Levant, à Écaussinnes. Le petit-granit ou pierre bleue a fait la réputation de la commune, et ce depuis le XIVe siècle. Mais c’est au XIXe siècle que l’exploitation de la carrière prit son essor, et ce pendant plus d’un siècle, essaimant le nom de la bourgade à travers le monde.

Le sculpteur commença son travail au début de 1917. Il travailla avec acharnement sur cette œuvre, qui devait être celle de sa vie. En 1918, lorsque vint la fin de la guerre, il ne l’avait pas encore tout à fait terminée. On peut encore voir la carotte de pierre supportant la tête du guerrier et qui n’a jamais été enlevée.

A défaut de défilé de la victoire, le colosse est resté couché dans les herbes de la carrière du Levant pendant des décennies. Voué à un démolisseur, il fut sauvé par un groupement local d’art, et déplacé dans le parc en janvier 1971. L’objectif n’était évidemment pas de glorifier une victoire ou la guerre, mais de mettre en évidence le travail d’un matériau noble, la pierre d’Écaussinnes.

Pour une visite guidée : http://www.rtbf.be/1418/article_ecaussinnes?id=8296178

hoplite vue près

Publicités